| Systématique | Flore et Végétation de la Roumanie | Ornementale | Dendrologique | Flore du Globe | Biologique | Plantes utiles | Complexe des serres | Roseraie | Sylvosteppe de Moldavie|

La Section Biologique




Emplacement et surface

La Section Biologique est située dans la partie centrale du Jardin Botanique, disposant d’une surface de 5,27 ha.

Description

A l’entrée dans la section, qui a, d’un côté et de l’autre, des colonnes de cèdre (Thuja occidentalis 'Fastigiata'), il y a deux rocailles présentant des aspects de l'évolution des êtres vivants.
La rocaille de la partie nordique du secteur, formée de calcaire de Repedea – Iasi (Iassy), présente au visitateur quelques preuves paléontologiques du procès d’évolution, par une riche faune fossile, notamment des mollusques, qui sont sédimentées dans les grès calcaires existantes depuis la phase sarmatienne moyenne. Sur cette rocaille on présente des aspects de l’évolution de la fleur:
  • des fleurs à symétrie radiale (actinomorphes) vers celles à un seul plan de symétrie (zygomorphes);
  • des fleurs à des pétales libres (dialypétales) vers celles à des pétales soudées (gamopétales).

A la gauche de la rocaille, vers la base, il y a des plantes à des fleurs dialypétales actinomorphes: l’anémone des bois (Anemone nemorosa), la pivoine (Paeonia officinalis), des plantes appartenant aux familles Rosaceae, Crassulaceae, Linaceae etc.

Vers la partie supérieure de la rocaille, on présente des plantes à des fleurs dialypétales zygomorphes: le pled d’alouette (Delphinium elatum, Consolida regalis), des espèces appartenant aux familles Balsaminaceae, Leguminosae, Violaceae etc.

Dans la partie à la droite de la rocaille on présente des plantes à des pétales soudées (les gamopétales), tandis que vers la base de la même rocaille il se trouve les plantes à symétrie radiale (actinomorphes): des marguerites (Chrysanthemum leucanthemum), des inules aunées (Inula helenium), des narcisses (Narcissus poeticus), tandis que dans la partie supérieure il se trouve les plantes à un seul plan de symétrie (les zygomorphes): le lis plantain (Hosta plantaginea), le lis roux (Hemerocallis fulva), le monbretia (Crocosmia crocosmiiflora).

Au niveau de la deuxième rocaille, qui est située juste près de l’axe central du Jardin Botanique, étant formée de roches sédimentaires provenues de la carrière Pojorata (du département de Suceava), on exemplifie quelques preuves morphologiques de l’évolution des plantes: des tiges et des feuilles métamorphosées, ainsi que des métamorphoses progressives et régressives de la fleur.

Allant plus loin, on rencontre la sous-section Les Adaptations des Plantes à:

  • la pollinisation par le vent (anemogamie): le noisetier commun (Corylus avellana), l’aulne gris (Alnus incana), le noyer commun (Juglans regia);
  • la pollinisation par les animaux (des abeilles, des bourdons, des guêpes, des papillons de jour, des papillons de nuit, des mouches, des oiseaux, des chauve-souris, des escargots etc.): le pommier (Malus sp.), le muflier des jardins (Antirrhinum majus), le digitale pourpre (Digitalis purpurea), la croix de Malte (Lychnis chalcedonica), le saponaire officinale (Saponaria officinalis), la primevère vraie (Primula veris), l’herbe triste (Mirabilis jalapa), la mirabilis (Nicotiana alata), la narcisse (Narcissus poeticus), la rue officinale (Ruta graveolens), l’asaret d'Europe (Asarum europaeum), magnolia (Magnolia kobus), le cornouiller mâle (Cornus mas), l’obier (Viburnum opulus) etc.
Au centre de cette sous-section se trouvent groupées les plantes présentant de diverses méthodes d’attirer les insectes :
  • des fleurs groupées dans des inflorescences (Apiaceae, Asteraceae);
  • des couleurs vives:
    • des plantes (Chaenomeles japonica);
    • des stamines (la famille Myrtaceae);
    • du stigmat (Ricinus communis);
    • des bractées des inflorescences (la famille Amaranthaceae, l’espèce Euphorbia marginata).
  • des nectaires (Helleborus niger, Viola odorata);
  • des nectaires extraflorales (Ricinus communis, des nectaires extraflorales (Ricinus communis, Impatiens roylei);
  • des huiles citraliques (Melissa officinalis);
  • des composés paraffiniques (l’acacia – Robinia pseudaccacia, les muguets – Convalaria majalis, réséda jaune – Reseda lutea);
  • des odeurs désagréables attirant certaines espèces d'insectes (Spiraea media, le sureau – Sambucus nigra);
  • le pollen vivement coloré (le pavot – Papaver rhoeas, l'hélianthème commun – Helianthemum numularium);
  • les poils des stamines (la molène faux Phlomis – Verbascum phlomoides).
Juste près de la rocaille où on présente la métamorphose propre aux organes des plantes, située dans la partie gauche de l’axe du secteur, il se trouve la sous-section Adaptations à la dispersion des fruits et des semences.
On y prèsente des plantes qui répandent leurs semences par:
  • des moyens propres (des plantes autochores): la balsamine des bois (Impatiens nolitangere);
  • des agents étrangers (des plantes allochores):
    • le vent (des plantes anemochores): avec des semences très petites (la famille Ericaceae) ou avec des annexes adaptées à la vollée (le plane, le bouleau, le charme, le saule);
    • des animaux (des plantes zoochores): le grateron (Gallium verum), la lampourde épineuse (Xanthium spinosum);
    • des fourmis (des plantes myrmécochores): l’asaret d'Europe (Asarum europaeum), l’épurge (Euphorbia lathyris), la chélidoine (Chelidonium majus);
    • des oiseaux: le gui (Viscum album), l'obier (Viburnum opulus).
Un groupe spécial de plantes rares, menacées avec la disparition et protégées par la loi en Roumanie est représenté par: l’if commun (Taxus baccata), l’hépatique de Transylvanie (Hepatica transsilvanica), Hieracium pojoritense, le baton de Jacob (Asphodeline lutea), l’éphèdre commune (Ephedra distachya).
La section contient d’autres collections de plantes, dont celle d’iris (Iris sp.), qui comporte de nombreux taxons, avec des fleurs colorées et emmanant une odeur très agréable et qui est très apprécié par les visitateurs.

Par la thématique abordée, le Secteur Biologique présente quelques aspects de l’organisation du monde végétal (la structure et les fonctions), des aspects de l’évolution des plantes (des preuves et des méchanismes), des adaptations des plantes aux conditions environnementales, le rôle de l’homme dans le contrôle du procès évolutif.
Le principal rôle du secteur est celui de contribuer à l'éducation de l'homme dans l’esprit de la conception scientifique sur le monde et sur la vie, ainsi que de mobiliser pour la lutte ayant comme but la préservation de la nature, la protection de l'environnement.



L'Université "Alexandru Ioan Cuza" de Iassy

Des suggestions/commentaires: Webmaster
Copyright ©2017 Le Jardin Botanique de Iassy. Tous droits réservés.