| Systématique | Flore et Végétation de la Roumanie | Ornementale | Dendrologique | Flore du Globe | Biologique | Plantes utiles | Complexe des serres | Roseraie | Sylvosteppe de Moldavie|

La Section du Complexe des Serres





Les batiments en verre et métal, climatisés, occupent une surface d'environ 3800 m2. On abrite un fond remarquable de plantes originaires (environ 2600 taxons), provenant, notamment, des zones sous-tropicales, tropicale et équatoriales du Globe, de tous les continents. La repartition des plantes est faite par de critères très bien établis: biogéographiques, taxonomiques, utilitaires etc.
Le Secteur du Complexe des Serres comprend 12 serres, chacune de ces dernières avec ses propres caractéristiques et les espèces de plantes correspondantes. Les serres 3, 4, 5, 6, 10, 11 et 12 sont exclusivement au service de la recherche scientifique et de la préparation du matériel multiplicateur. C'est à cause de cela que les visiteurs n'ont pas accès à ces serres.

La Serre No. 1

La Serre no. 1 abrite la collection de plantes xérophiles. Les espèces situées au centre du compartiment créent, en général, une association hétérogène de taxons, à un aspect arboricol, mais correspondant à un critère électif; il s’agit de plantes provenant des zones à un climat sous-tropical du type méditéranéen (poussant dans des conditions naturelles, sur des territoires limitrophes de la Mer Méditerranée; par analogie climatique, elles poussent, également, dans le N-O de la Californie, du Chile, de l’Afrique du Sud).
La plupart des taxons sont connus: le palmier jupon, l’olivier, le grenadier, le figuier, le caroubier, le laurier, le laurier-rose, le rosmarin, le cyprès, l’épine, le lycopode etc. C’est toujours à ce niveau qu’on peut remarquer l’importante collection de plantes à des bulbes, à des rhizomes et à des bulbotubercules, comprenant, en principe, des taxons de trois familles: Liliaceae, Amaryllidaceae, Iridaceae. On peut signaler l'impression positive créée par les inflorescences grandes et persistentes, porteuses de qualités décoratives, du crin africain et du crin rouge. Les fleurs individuelles ou groupées, à la gamme large de couleurs spécifiques aux espèces Zephyranthes candida, Zephyranthes grandiflora et à la palette de couleurs, la forme et la dimension des feuilles d’espèces comme Haemanthus albiflos (l’oreille d’éléphant), Ledebouria socialis, Eucomis comosa complètent le paysage de la Serre no. 1.

La Serre No. 2

La Serre no. 2 a une structure hétérogène.
La plus grande partie des représentants appartiennent à la famille Palmae qui, avec des exemplaires du même groupe taxonomique se trouvant dans d'autres espaces du Complexe de Serres (la Serre no. 8, la Serre no. 9 et la Serre no. 11), constituent la collection de palmiers du Jardin Botanique.
Les dattiers, les palmiers nains, les palmiers ornementaux (originaires de la Californie), Phoenix roebelenii (originaire des Indes Orientales et de la Chine), Caryota mitis (originaire de la Malaisie) représentent seulement quelques espèces des 50 qui forment la collection de palmiers présentée ici.
La serre abrite, également, des espèces de la famille Cycadaceae, des formes primitives dans le cadre des plantes phanérogames actuelles. L’espèce la plus répandue du genre est Cycas revoluta, originaire du Japon. La collection comprend d’autres représentants de la famille, aussi: Ceratozamia mexicana (originaire de l’Amérique Centrale), les espèces africaines Encephalartos ferox et Stangeria eriopus. Quelques exemplaires de ceux mentionnés (Cycas, Ceratozamia, Encephalartos) ont fleuri dans les serres du Jardin Botanique de Iasi (Iassy), aussi, un phénomène assez rare, pour ce qui est de la culture.

La Serre No. 3

Dans la Serre no. 3 on cultive des plantes exotiques d’origine tropicale.
Ici on peut rencontrer les épiphytes – des plantes à un mode de vie particulier – dont l'importance réside dans leur capacité d'adaptation formée comme une réponse aux conditions spécifiques aux milieux naturels d’origine (par exemple, la forêt humide tropicale, où la lumière est déficitaire).
Les orchidées sont très répandues, étant trouvées plutôt dans les régions tropicales de l’Afrique, de l’Amérique et de l’Asie. Ces plantes attirent l’attention par leurs parfum, par leurs couleurs, par leurs formes et dimensions. Dans la serre on peut rencontrer plus de 60 espèces et hybrides, la plupart d’entre eux, des épiphytes, quelques-unes d'entre elles présentant une série de curiosités adaptatives: l'existence de bulbes foliaires qui leur assurent la réserve hydrique ou des racines aériennes comportant un tissu qui absorbe l’eau pluviale.
La plupart des épiphytes dans la serre sont des plantes de la famille Bromeliaceae, l’aspect décoratif des feuilles étant impressionnant. En plus, il y a, aussi, des épiphytes ou des lianes de la famille Araceae (fameuses pour la variété des dimensions et des couleurs des feuilles), des ptéridophytes (Pteridophyta), dont quelques-unes sont d’origine tropicale (auxquelles on remarque l’étalation explosive de l’équipement foliaire) et des plantes à nutrition mixotrophe (des plantes insectivores). Ces dernières se distinguent entre elles par les qualités adaptatives transposées dans la modalité de nutrition: étant donné le fait que ces plantes vivent, d’habitude, dans des environnements dépourvus de substances nutritives, elles complètent leurs nutrition, obtenue par le procès de photosynthèse des substances d'origine minérale, avec une autre, d’origine organique, résultée de la décomposition des substances des corps des animaux, notamment, ceux des insectes.
Des 535 espèces de plantes carnivores connues dans la flore du Globe, en Roumanie poussent uniquement 10, qui appartiennent aux genres Drosera, Aldrovanda, Pinguicula et Utricularia.
La Serre abrit, également, des collections de plantes décoratives par leurs feuilles: c’est l’exemple des familles Begoniaceae, Commelinaceae etc.

La Serre No. 4

La Serre no. 4 abrite des collections de plantes d’origine tropicale, qui sont remarquables par l’aspect décoratif des fleurs et des feuilles.
Par exemple, Anthurium scherzerianum dispose d’une inflorescence très intéressante par la forme et les couleurs vives (rouge carminé) du spadice et de la spathe. Egalement, le décorativisme des taxons A. hookeri, A. leuconeurum et A. warocqueanum est assuré par certaines particularités des feuilles grandes, de couleur vert-foncé, à une texture veloutée.
C’est toujours dans la Serre no. 4 qu’on peut admirer plus de 20 taxons appartenant aux genres Calathea, Ctenanthe, Maranta, Stromanthe et Thalia (la famille Marantaceae), plus de 15 espèces du taxon Codiaeum variegatum var. pictum (la famille Euphorbiaceae), ainsi qu’une série de taxons de la famille Liliaceae.
Les visitateurs ont le privilège d’admirer dans la Serre no. 4 peut-être la plus belle plante tropicale, Mimosa pudica, qui attire l’attention par ses feuilles délicatement pennées caractérisées par une sensitivité surprenante, faisant des mouvements nyctinastiques (en fonction de l’alternance jour-nuit) et seismonastiques (provoquées par le contacte physique).

La Serre No. 5

La Serre No. 5 attrape l’attention des visiteurs pendant l’hiver. Elle abrite des espèces arbustives – des azalées et des camélias.
Les azalées proviennent des régions montagneuses de l’Asie de S-E, uniquement un petit nombre d’entre elles étant spécifiques à l’Amérique du Nord et à l’Europe. Il y a 35 espèces d’azalées dans le Jardin Botanique de Iasi (Iassy). Les arbrisseaux sont présentés dans des vaisseaux de cultivation (des jardinières ou des baquets), pouvant être hautes de 2 m. Les feuilles sont persistentes, tandis que les fleurs présentent, d’habitude, une grande diversité d’aspects: forme de trompette ou urcéolée, simples ou doubles, à des marges ondulées ou irrégulières, individuelles ou groupées, mais, encore plus important, à une cromatique variée: rouge foncé, rougeatre, violacé, à une marge blanche, rose strié ou blanc immaculé. Les plantes composant cette collection fleurissent dans la période Décembre–Mars.
Le genre Camellia inclut environ 80 espèces disséminées par voie naturelle dans l’Asie de S-E. De ces espèces, l’orange douce (C. sinensis), originaire de la Chine, est l’une des espèces les plus connues.
La collection de la Serre no. 5 contient 10 variétés de l’espèce Camellia japonica. L’origine de cette dernière est extrême-orientale (on la rencontre dans des pays comme la Corée, le Japon, la Chine du Nord), où elle présente un aspect arbustif ou arboréal (en allant jusqu’à 15 m, en hauteur). Les feuilles sont sempervirentes, étincelantes, tandis que les fleurs sont grandes, ayant des pétales cireuses, disposées dans des formes d’écaille, étant vivement colorées (blanc, rouge, rose – à des striations ou immaculées).

Les Serres No. 6 et 7

Les Serres No. 6 et 7 fournissent le cadre adéquat pour la culture des taxons qui forment la collection de plantes succulentes. Ces dernières, même appartenant à des familles botaniques différentes, ont des caractéristiques essentielles communes: elles retiennent et accumulent l’eau dans les organes végétatives.
La grande majorité des cactus existants dans les serres proviennent des régions désertiques ou sémidésertiques de l’Amérique du Nord et du Sud, la région mexicaine étant la plus riche pour ce qui est de la diversité d’espèces.
Les plantes provenues de la famille Cactaceae présentent une très interressante géométrie des formes, ainsi que de diverses particularités concernant l’aspect et l’insertion des épines, la finesse et la cromatique des fleurs. Parmi ces plantes, on remarque des espèces appartenant aux genres Astrophytum, Lobivia ou Rebutia, Gymnocalycium etc.
D’autres représentants des genres Echinocereus, Echidnopsis et Mammillaria complètent l’aspect des serres no. 6 et 7. La valeur économique des plantes comme les cactacées est très bien connue. Les fruits du genre Opuntia (les figues indiennes) ou celles des espèces appartenant à des genres comme Cereus, Echinocereus ont de divers utilités pour l’homme, ainsi que pour les animaux (des variétés Opuntia et Selenicereus on extrait des jus qui sont très efficaces dans la guérison de divers affections).
Dans la Serre No. 6 on peut, également, rencontrer:

  • des plantes appartenant è la famille Crassulaceae (Aeonium, Crassula, Sedum, Kalanchöe etc.) è des feuilles grosses, è un aspect pulpeux, représentant de véritables "réservoires d'eau";
  • des plantes de la famille Asclepiadaceae (Stapelia, Ceropegia etc.), attractives par la diversité des couleurs et des formes;
  • des plantes du genre Lithops (fam. Aizoaceae). Leur origine est affricaine, se distinguant par leurs tiges courtes, grosses, pulpeuses, bilobées. Les fleurs sont très colorées, ayant une vie courte.
La Serre No. 7 s’inscrit dans la même idée thématique que la Serre No. 6. Au centre on trouve des exemplaires de grandes dimensions, répartisées en fonction de leurs origines: américaine et africaine. C’est toujours ici qu’on peut admirer des plantes à des dimensions réduites.
Dans cette serre on peut, également, trouver:
  • des représentants du genre Cereus (les cactus-chandelle) et Carnegiea gigantea (les cactus arborescents), qui, dans des conditions normales, peuvent atteindre 15 m de hauteur;
  • des espèces appartenant aux genres Opuntia, Agave, Yucca et Nolina;
  • des plantes succulentes africaines, comme sont les espèces appartenant à la famille Euphorbiaceae;
  • des plantes appartenant au genre Aloe: A. variegata, A. virens, A. ferox, A. saponaria et au genre Sansevieria.

La Serre No. 8

La Serre No. 8 fournit l'occasion de connaître des plantes utiles spécifiques aux zones tropicales et sous-tropicales.
Quelques exemplaires de palmier dettier (Phoenix dactylifera), dominants par leur habitat, contribuent à la création d’un ambient exotique, inédit pour les visiteurs.
Bien des plantes présentées ici ont des fruits comestibles:

  • l’avocado (Persea americana), originaire de l’Amérique Centrale, avec des fruits ayant une consistence crémeuse et un goût savoureux;
  • le papayer (Carica papaya), d’origine mexicaine, des grands fruits duquel, à la forme du melon, on extrait une enzyme ayant une action protéolytique – la papaïne;
  • le caroubier (Ceratonia siliqua), qui n’est pas apprécié uniquement pour ses qualités gustatives, mais aussi pour ses propriétés térapeutiques;
  • le néflier du Japon (Eriobotrya japonica), Psidium guajava (le goyavier), Acca sellowiana, Annona muricata, étant employé plutôt dans l’alimentation.
Dans le cadre de la Serre No. 8 on peut rencontrer:
  • la canne à sucre (Saccharum officinarum), reconnue pour ses réserves alimentaires, contenues dans la moelle. La plante a une grande taille (2-4 m), avec une latitude de la tige d’environ 4 cm, étant originaire de l’Asie de Sud-Est;
  • une grande variété de plantes exotiques fournissant de la matière première utilisée dans l’industrie textile: le bananier textile de Manille, le lin de la Nouvelle-Zélande, le palmier chanvre, le palmier nain etc.;
  • des plantes à des propriétés stimulatrices: des espèces du genre Coffea (C. arabica, C. canephora), le cacaoyer (Theobroma cacao), le colatier (Cola nitida), la coca (Erythroxylum coca);
  • des plantes médicales et aromatiques: le camphrier (Cinnamomum camphora), le clou de girofle (Eugenia caryophyllata), le pistachier (Pistacia vera) etc.

La Serre No. 9

La Serre No. 9, également dénommée la Serre Toure ou Palmarium, est un batiment circulaire, se trouvant dans l’une des extrêmes du pavillon administratif. On peut y accéder directement par le hall central du batiment, par un couloir de liaison.
Dans le cadre de la Serre No. 9 on abrite les taxons végétaux, ayant une grande taille, dont le développement est luxuriant, ainsi que le palmier dattier Phoenix dactylifera (fam. Palmae), édificateur pour les oasis du désert africain.
D’autres exemplaires de la même famille, mais d'une taille plus réduite, sont les suivants: Trachycarpus fortunei (le palmier chanvre), Chamaerops humilis (le palmier nain), Washingtonia filifera. Ces exemplaires sont utilisés dans la saison estivale, pour la décoration des peluses extérieures du Jardin Botanique.
Dans la Serre No. 9 on peut également trouver:

  • le bananier (Musa x paradisiaca), remarquable par l’abondance des feuilles, assurant l’exotisme du décor;
  • l’araucaria colonnaire (Araucaria columnaris), un arbre de haute taille, à un aspect très décoratif (par l’habitat, la couleur des feuilles, l’étagement ordonné des branches);
  • la magnolia (Magnolia grandiflora), un arbre originaire de l’Amérique du Nord, ayant une tige droite et beaucoup de branches dans la partie supérieure. Celle-ci est distinguée par les feuilles grandes, sempervirentes et par les fleurs blanches, de grandes dimensions (15-20 cm en diamètre), à une senteur très forte;
  • Tetrastigma voinierianum, la liane à de grandes feuilles, très décoratives.

La Serre No. 10

La Serre No. 10 est un espace à une fin spéciale: on y réalise des opérations de multiplication de certains taxons provenus ou procurés de diverses sourses (des échanges avec des unités à un profile similaire, des cultivateurs de la Roumanie ou étrangers, du matériel autochtone procuré en se déplaçant sur le terrain, du matériel végétal propre).
Le but principal de cette serre est justifié par le fait qu'on y maintient des collections présentant un intérêt scientifique (fam. Acanthaceae, Begoniaceae, Moraceae etc.), qui sont disponibles comme base matérielle et expérimentale pour les observations faites par le personnel de spécialité.
La Serre no. 10 contient, également, dans un espace délimité, la collection de plantes citriques. On présente les espèces cultivées, qui appartiennent à trois genres:

  • Fortunella, dont le représentant est dénommé kumquatul (F. japonica);
  • Poncirus, monotypique (P. trifoliata);
  • Citrus, bien représenté et, surtout, très bien connu, ayant une importance économique considérable: le limonier (C. limon), l’orangier (C. sinensis), le mandarin (C. reticulata) et d’autres: C. x paradisi, C. maxima etc.

La Serre No. 11

La Serre No. 11 dispose d’une surface considérable (400 m², 8 m en hauteur), étant, par conséquant, l’espace adéquat pour l’exposition des plantes à un habitat développé. On a prévu des possibilités de réalisation d'associations végétatives dans des terasses. On cultive, notamment, dans cette serre, des plantes sous-tropicales, la majorité des taxons présentés provenant des régions boréales et australes de l’Asie, de l’Australie et de la Nouvelle Zélande.
Ici, on peut rencontrer des spécificités zonales floristiques, même s’il y a des caractéristiques morphologiques spécifiques à la végétation méditerranée: des feuilles sempervirentes, rigides, ayant une surface luisante, quelques-unes, aciculaires.
On y peut, également, trouver:

  • des taxons du groupe des gymnospermes, ayant un aspect très décoratif (les espèces du genre Cycas – à de feuilles "exotiques", des exemplaires arboricoles, appartenant à la famille Araucariaceae – provenus de l’émisphère sudique);
  • des plantes provenues de la Chine Orientale et du Japon, remarquables par la beauté des feuilles – les espèces Eriobotrya japonica, Aucuba japonica, Aspidistra elatior, Pilea cadierei etc.
  • le camphrier (Cinnamomum camphora), provenu de la Chine Orientale, le camphore étant fréquemment utilisé dans la pratique médicale;
  • des plantes caractéristiques à la flore australienne: des représentants de la famille Myrtaceae (les genres Eucalyptus, Callistemon, Melaleuca, Eugenia etc.);
  • des espèces appartenant aux genres Hakea, Banksia – des arbres et arbustes, à des feuilles sempervirentes, rigides, aciculaires ou sous forme d’épingles. Les inflorescences de ces espèces sont décoratives;
  • une collection de taxons à des représentants provenant de la Nouvelle Zélande – le gymnosperme Podocarpus (un conifère à de larges feuilles), Phormium tenax (le lin de la Nouvelle Zélande), Cordyline australis, Lophomyrtus obcordata etc.;
  • des palmiers provenus des zones de la Chine et du Japon – Trachycarpus fortunei (le palmier chanvre), Archonthophoenix cunnighamiana, Caryota mitis etc.

La Serre No. 12

La Serre No. 12 n’a pas été conçue, que partiellement, pour un aménagement végétal fix. Elle fournit une surface utile large (environ 700 m²), étant, en principe, conçue pour des expositions périodiques. La surface centrale assure des conditions propices à la présentation. A cette intention correspond, implicitement, la configuration du plan inférieur, dont les deux "niveaux" avantagent les organisateurs.
Quelques exemplaires se trouvant dans cette serre représentent des éléments du cadre végétal, adiacent au secteur expositionnel. Il y a, par conséquant, des représentants d'origines différentes: méditerrannée (Olea europaea), spécifiques aux zones sous-tropicales (Trahycarpus fortunei) etc.
Une grande partie des plantes de la Serre no. 12 sont utilisées pour décorer quelques lieux et sections du Jardin Botanique.



L'Université "Alexandru Ioan Cuza" de Iassy

Des suggestions/commentaires: Webmaster
Copyright ©2017 Le Jardin Botanique de Iassy. Tous droits réservés.