Le jardin japonais

Les jardins japonais sont, probablement, les plus connus des jardins asiatiques. Les Japonais ont repris l’art du jardin des Chinois, mais on lui a imprimé la discipline et la rigueur caractérisant ce peuple.

Les jardins japonais peuvent être organisés dans les environs d’un temple, d’un pavillon de thé, d’un palais ou peuvent être séchés karesansui, étant connus comme des jardins Zen.

Les éléments spécifiques de ce jardin sont les suivantes: l’eau (la présence réelle ou symbolique à l’aide des pierres), les rocs (parfois, symbolisant la présence d’une montagne), les lanternes de pierre, les passerelles en arquées ou en zigzag, les îles, qui ont, parfois, des formes symboliques, les pavillons simples ou richement ornementés.

Le goût pour la beauté des pierres connaît, au Japon, de raffinements spéciaux, représentant un élément essentiel de la cérémonie du thé. La pierre a une robustesse impressionnante, qui, lustrée et taillée, émane l’éclat et l’élégance de la culture.

C’est toujours de pierre qu’on fait les lanternes mystérieuses du jardin, qui, soit abritaient les feux allumés par les fidèles, soit éclairaient les cérémonies nocturnes du thé. A l’aide des pierres on trace les allées sinueuses modelant les pas dans un rythme particulier, permettant la contemplation du paysage du jardin.

Parmi les éléments végétaux, il y en a qui sont constantes, comme le bambous ou le pin, le symbole de la solitude. Le cerisier fleuri, la glycine, les lotus sont autant de raisons d’enchantement et de fête pour les Japonais. L’attitude des Japonais pour ce qui est des fleurs leurs a apporté leur célébrité, faisant naître un art spécifique: ikebana.

La plante qu’on fête avec tout le faste qui lui revient est le chrysanthème. Même si on dit que le chrysanthème est paru pour la première fois à la Chine, cette fleur est le plus souvent associée au Japon. Cette dernière est la juste manière de penser, si on prend en considération le fait que, pour 10 siècles, l’emblème impérial du Japon a été le chrysanthème jaune à 16 pétales.

En octobre, les chrysanthèmes sont vénérés par les Japonais, qui organisent des expositions où on peut souvent admirer des arrangements fantésistes.

Le jardin Zen est caractérisé par austérité, les éléments constitutifs représentant des symboles pleins de mystère. Dans ce jardin on a suggéré les montagnes à l’aide des pierres, le sable a été ratelé pour rappeler le mouvement des vagues, on a choisi quelques lieux discrets pour rendre des taches de mousses, invitant à un état de méditation profonde et faisant penser que celui à avoir créé le jardin est celui même à le regarder.

Dans ce jardin on a essayé de réunir les symboles tellement appréciés par les Japonais à l’aide d’une plante vénérée dans le Pays du Soleil Levant: le chrysanthème.

A l’aide de cette plante on a suggéré le Mont Fuji – aimé et craint par les Japonais, le jardin Zen – représentatif pour la relation spéciale entre le Japonais et la nature, la tortue – symbole de l’immortalité, le bonsaï – élément d’art reconnu et apprécie partout dans le monde. On a exposé tous ces facteurs dans cet espace, en souhaitant qu’il reste mystérieux et fascinant pour toute personne.

LEGENDE

Dans la mythologie japonaise on dit qu’il y avait tant de dieux dans les cieux que quelques uns d’entre eux, y inclus le dieu Izanagi et la déesse Izanami, sont descendus sur la Terre sur un pont de nuages. Une fois sur la Terre, la déesse a créé des dieux du vent, des montagnes, de la mer et d’autres dieux, finalement mourant, après avoir créé le dieu du feu.

Après avoir perdu Izanami, Izanagi l’a poursuivi dans l’endroit dénommé La Nuit Noire, là où elle est arrivée, uniquement pour regarder la triste image, suivi par la Vieille Sorcière de la Nuit Noire.

Presque rentré sur la Terre, le dieu Izanagi traverse une rivière pour se purifier s’y baignant. Sur le lieu où il a laissé ses vêtements, ces derniers se sont transformés en 12 dieux, après avoir touché la terre. Les bijoux du dieu sont devenus des fleurs: un bracelet s’est transformé en iris, un autre, en lotus et son collier est devenu un chrysanthème jaune.


L'Université "Alexandru Ioan Cuza" de Iassy

Des suggestions/commentaires: Webmaster
Copyright ©2017 Le Jardin Botanique de Iassy. Tous droits réservés.