Le jardin mauresque

Les jardins célèbres de l’Espagne créés dans les anciens califats qui ont été conduits, pour quelques siècles, par les Arabes, relèvent aujourd’hui plein d’éléments traditionnels dans les jardins mauresques ou les jardins de l’Andalousie.

Le culte de l’intimité, le respect pour chaque goutte d’eau acquis dans le paysage dur du désert, l’inclinaison vers la méditation caractéristique au monde arabique, tout a mené à la création d’un paradis fermé pour beaucoup de personnes et d’un jardin ouvert pour peu d’entre elles. C‘est la manière dans laquelle un poète de Grénade définit patio, le schéma de base du jardin mauresque, qui rappelle de l’arrangement en cercle des tentes dans le désert.

Dans un patio toutes les plantes doivent être arrangées dans une formule discrète, afin qu’elles ne se gênent le développement réciproquement et qu’on puisse se faire distinguer la couleur et la lumière que ces plantes dégagent. L’eau même doit être discrète, le bruit fait par une fontaine artésienne dans cet espace étant exclus. La lumière est dirigée graduellement, pénétrant par les colonnades entourant le jardin, s’écoulant dans cet espace intermédiaire et s’y insinuant. L’élément qui attire les regards dès le début est la fontaine ou la cascade, rappelant des oasis du désert et de l’eau que les Arabes vraiment vénèrent.

Dans ce compartiment on peut trouver des plantes spécifiques à la zone désertique, qui ont permis la re-création d’un patio d’automne. On a aménagé un espace discret qu’on présente comme un petit jardin, ouverte pour tous. Ici on peut identifier une série d’éléments caractéristiques, que nous avons créés par l’utilisation avec de prédilection de quelques sortes de chrysanthèmes, de roses, d’orangers ou de limoniers – des plantes spécifiques au jardin mauresque.


L'Université "Alexandru Ioan Cuza" de Iassy

Des suggestions/commentaires: Webmaster
Copyright ©2017 Le Jardin Botanique de Iassy. Tous droits réservés.